Boris et Uniform ont pu apparaître comme un duo étrange lorsqu’ils se sont associés pour une tournée américaine en 2019. Certes, les deux groupes exploitent la puissance de riffs massifs et explosifs, mais l’héroïsme rock de Boris, les étendues lysergiques et le sludge monolithique convoquent une énergie différente des bombardements mécanisés et des assauts frénétiques d’Uniform. Mais la tournée a souligné l’alchimie évidente entre les artistes. L’idée d’un album collaboratif est née, et ils ont travaillé jusqu’à ce qu’ils aient un disque qui capture l’exploration intrépide et la puissance débridée de leurs performances live. Sacred Bones Records est fier de présenter l’album collaboratif de Boris & Uniform, Bright New Disease. Il s’ouvre sur « You’re the Beginning », un thrash féroce concocté par le camp de Boris. « Weaponized Grief » est un mashup enfiévré de D-beat japonais et des textures sonores délibérément mal assorties de Boredoms. Le répit arrive enfin avec « The Look is a Flame », une chanson écrite par Boris pour évoquer la lumière et le salut plutôt que la morosité et la cruauté. Renforcée par les synthés cosmiques de Randall Dunn et la basse gémissante de Steve Moore, elle conserve le timbre inquiétant de l’album tout en laissant entrevoir la possibilité d’une rédemption. La palette de timbres de l’album continue de s’élargir dans la seconde moitié de Bright New Disease, comme sur le morceau phare « Narcotic Shadow », construit autour des arpèges de synthé modulaire de Michael Berdan, aidée par la voix de Boris inspirée par la dark wave et le nouveau romantisme, et soutenue par les manipulations de studio de Ben Greenberg.

1. You Are the Beginning
2. Weaponized Grief
3. No
4. The Look Is a Flame
5. Angels in the Abyss (Abadon)
6. Narcotic Shadow
7. A Man From the Earth
8. Endless Death Agony
9. Not Surprised

Format

,