Il est difficile de croire qu’il ait fallu attendre aussi longtemps pour une rétrospective en bonne et due forme du légendaire collectif CVE de Los Angeles. We Represent Billions est un portrait crucial de l’un des groupes les plus influents de la côte Ouest – un collectif de rappeurs, producteurs, designers et ingénieurs du son, membres clés de la scène open mic du Good Life Cafe, qui a ensuite inspiré des artistes comme Jurassic 5, Kendrick Lamar et bien d’autres. Initialement appelé Chillin Villain Posse avant de se transformer en Chillin Villain Empire à la fin des années 1980, le groupe s’est finalement concentré sur le trio de base composé de Riddlore, NgaFsh et Tray-Loc. Le groupe avait des années d’avance sur son temps, produisant lui-même de la musique sans samples et des textes conscients qui sonnent encore frais et innovants. Les CVE étaient autosuffisants et motivés dès le début, baptisés Chillin Villains (“Méchants Effrayants”) car c’est ainsi qu’ils étaient perçus par l’Amérique blanche. Sur We Represent Billions, nous avons droit à un instantané du son de CVE de 1993 à 2003, leur période la plus prolifique. Cette rétrospective rassemble la musique de la poignée d’albums que le groupe a sortis sur son propre label Afterlife Records (la plupart sous forme de CD-R à tirage limité), ainsi que de nombreux titres inédits, et met en lumière sa créativité excentrique et sans limite et l’étendue de son influence. Qu’il s’agisse de tordre l’électro nerveuse de la côte ouest sur « All Over Da Globe » ou de s’associer librement à des synthés d’horreur et à des bruits parasites sur « Made in Chillz Ville », on sent que leur musique était trop moderne pour son époque. Assemblé à partir de samples industriels bruyants et agrémenté de flows complexes et alternés, “Thugs and Clips” est aussi sinistre et percutant que n’importe quel titre de l’album The Don Killuminati: The 7 Day Theory de 2Pac. « Calistylics », au son fuzz et destabilisant, soude une boucle de synthétiseur ambiant et des percussions à la Tricky qui font grincer les os, tandis que le dernier morceau vacillant, « Unicycle », est un croisement entre la pression G-gunk glacée de Dr. Dre et le funk lo-fi noir de Three 6 Mafia. À bien des égards, 2022 est le moment idéal pour redécouvrir cette musique : une fusion urgente et créative de minimalisme électro pré-grime à donner des frissons et des jeux de mots à la fois uniques et étranges.

  1. All Over Da Globe
  2. Thugs and Clips
  3. C.V.Vault (C.VE)
  4. Made In Chillz Ville
  5. Bring It On
  6. Calistylics
  7. No Feelins
  8. Let’s Get It On
  9. Today Was A Fucked Up Day
  10. Untitled (Freestyle)
  11. Unicycle (Instrumental)
Format

,