Pour l’enregistrement de son troisième album, Between Here & Everywhere, le groupe Death Bells a adopté une approche collaborative. Le résultat capture les interzones cachées de la Californie du sud, en dehors de la lumière et du luxe. Les neuf chansons du disque témoignent de l’évolution de Will Canning et Remy Veselis accompagnés d’une équipe des plus solides pour les claviers, cordes, piano et chœurs d’opéra. Enregistré avec Colin Knight aux Paradise Studios, et mixé par Mike Kriebel au Golden Beat, Between Here & Everywhere est empreint d’un sentiment d’immédiateté. L’album se propose de cartographier le véritable foutoir de Los Angeles. Australien d’origine, Will cite l’immensité de la ville d’adoption du groupe comme une muse, et à l’image de celle-ci l’album Between Here & Everywhere enchaîne des moments de détresse et d’espoir au cours de ses 35 minutes. De l’explosion très tendue de « Hysteria » aux rythmes hypnotiques de « Lifespring », en passant par l’espoir résolument retentissant affiché dans « Last Days », « Space Without A Name » et « Eternity Street », Between Here & Everywhere constitue l’œuvre la plus captivante de Death Bells à ce jour. Pour les fans de IDLES, Slowdive, The Fall, Soft Kill, The Jesus and Mary Chain, Tempers, my bloody valentine, Ritual Howls, Interpol, Siouxsie and The Banshees.

  1. Passerby
  2. Hysteria
  3. Lifespring
  4. Intruder
  5. A Better Resolution
  6. Last Days
  7. Space Without A Name
  8. Eternity Street
  9. Here & Everywhere
Format

, ,