Le troisième album de Dick Stusso – et le deuxième sur Hardly Art – est un témoignage d’un lent effilochage mental avec pour toile de fond un monde en perpétuelle décadence. Avec S.P., l’auteur-compositeur-interprète d’Oakland Nic Russo a créé son album le plus extravagant et le plus séduisant à ce jour, plongeant ses auditeurs dans un nouveau monde étrange et excitant à chaque occasion. S.P. fait suite à son excellent premier album chez Hardly Art sorti en 2018, In Heaven. Près de la moitié de ses 18 chansons – des duos de rock countrifié, des hymnes rappelant Guided by Voices et des expériences sonores noise explosives – ont été achevées avant la pandémie. Avec Andrew Oswald (Marbled Eye) au mixage qui accentue la sensation unique du disque, S.P. comble le fossé entre les confins ultra lo-fi de son premier album Nashville Dreams / Sings the Blues (2015) et les échos luxuriants de In Heaven. Grace Cooper (The Sandwitches, Grace Sings Sludge) participe au chant, tandis que son père Marc Russo, saxophoniste lauréat d’un Grammy Award, signe les arrangements de cuivres sur « Garbagedump #1 ». La myriade de rebondissements de S.P. fait de Dick Stusso un artisan fascinant qui ne fait jamais deux fois la même chose, en jetant des influences classiques de singer-songwriter et de country dans la confusion du monde moderne

  1. Rocking Machine
  2. Part-time Apocalypse
  3. The Check In
  4. Convenient Life
  5. Garbagedump #1
  6. A Fairly Normal Guy
  7. Dinner For Two
  8. The Masterwork
  9. Self Reflection (Deep)
  10. Big Money
  11. Haunted Hotel
  12. Checking Back
  13. How Do You Spell Success?
  14. Doubt
  15. Failure
  16. Hell
  17. Twilight At The Shareholders’ Meeting
  18. Tears Of Love
Poids 0,46 kg
Format