Inspiré par l’héritage tragicomique de Doug Kenney, cofondateur du magazine National Lampoon, Hayden Pedigo s’est lancé dans The Happiest Times I Ever Ignored avec un objectif clair : créer le meilleur album instrumental de guitare acoustique de ces vingt dernières années. Bien que les œuvres canoniques de la comédie et de la musique montrent leur influence – la beauté endeuillée de Nick Drake, l’abandon pudique de John Fahey – Hayden ne place en aucun cas leurs créateurs sur des piédestaux ; au contraire, il les arrache de leurs socles, brise les albâtres, empoche certains morceaux, en recolle d’autres à l’envers, ou les laisse flotter librement. Hayden Pedigo a vécu plusieurs vies : il a été instruit à domicile à Amarillo, au Texas ; il s’est présenté au conseil municipal d’Amarillo en 2019, à l’âge de 25 ans ; il a noué des amitiés et des partenariats avec des personnalités telles que Terry Allen, Charles Hayward (This Heat), Werner « Zappi » Diermaier (Faust), et Tim Heidecker. Un déménagement d’Amarillo à Lubbock en 2020 a mis le feu aux poudres de sa créativité. Après avoir enregistré le récit principal de la guitare, une équipe de studio composée du producteur Trayer Tryon (Hundred Waters, Moses Sumney) aux synthés et à la basse, de Luke Schneider (Margo Price, Orville Peck) à la pedal steel, et de Robert Edmondson à la basse et au piano a peint un coucher de soleil sonore derrière les parties acoustiques, les éclairant d’une lueur chaleureuse tout en leur permettant de rester sur le devant de la scène.

A
1. Looking at the Fish
2. When It’s Clear
3. Elsewhere
4. Nearer, Nearer

B
5. Signal of Hope
6. The Happiest Times I Ever Ignored
7. Then It’s Gone

Format

,