« Zorked » est un adjectif qui décrit ce qui se passe lorsque vous vous retrouvez complètement saoul ou défoncé, ou même à la limite très fatigué. Et Julia Shapiro, de Chastity Belt, Childbirth et Who Is She?, un peu comme tout le monde sur la planète, a été dans cet état de nombreuses fois en 2020. En mars, elle a quitté la morosité hivernale de Seattle pour le soleil de Los Angeles et ses possibilités illimitées pour se retrouver au final dans un isolement quasi-total. Ayant nulle part où aller et rien à faire, elle a commencé à travailler sur son deuxième album solo, Zorked. Le résultat nous donne sa vision de Los Angeles : des terres désolées fondant au ralenti, un endroit pour communier avec les fantômes et héritages déformés. En vivant juste à côté d’un homme qui a passé son année 2020 à chanter au karaoké dix heures par jour, Julia a pu écrire, enregistrer et jouer de ses instruments sans se soucier de recevoir des plaintes pour nuisances sonores. Sa colocataire, Melina Duterte (Jay Som), a transformé leur maison en un home studio qui a rendu possible de concrétiser le son que Julia avait en tête. Melina a aussi accepté de coproduire le disque, poussant Julia dans sa créativité et faisant en sorte que les nouveaux morceaux s’éloignent de Perfect Vision, son premier album, ou les chansons qu’elle interprète avec Chastity Belt. Au plus fort de son incertitude et de son inconfort, elle a sauté dans le grand bain à la recherche de quelque chose de nouveau et a trouvé sa réponse sous forme de sons puissants. On s’en rend compte dès le morceau d’ouverture « Death (XIII) » qui s’inspire de la carte du tarot, du metal drone et du shoegaze. Julia y superpose des murs de guitares, accords de basse et de la programmation de batterie. Sur « Come With Me », le premier single de l’album, elle raconte un trip sous champignons qui a mal tourné. Sur « Wrong Time », des guitares chatoyantes fument et lévitent alors que sur « Hall of Mirrors », en conclusion du disque, le sentiment d’identité perdue devient omniprésent. C’est le son d’une vie vécue dans la servitude des écrans numériques et des dommages psychologiques invisibles qu’ils causent. Bien que Julia Shapiro se soit retrouvée presque comme une ermite, en composant et enregistrant elle-même la quasi-totalité des instruments de l’album et en luttant pour trouver sa place dans une ville comateuse, elle a tout de même réussi à conserver son sens de l’humour.

Vinyle vert bouteille avec insert et code de téléchargement.

1. Death (XIII)
2. Come With Me
3. Wrong Time
4. Someone
5. Reptile! Reptile!
6. Pure Bliss
7. Hellscape
8. Do Nothing About It
9. Zorked
10. Hall of Mirrors

 

Format

,