Zan

FormatPrixQté
40304336101211 CD13,20
Released on novembre 13, 2020
La chanteuse israélo-persane Liraz revient avec son deuxième album Zan qui signifie femme. Les sons electro lumineux s’y mélangent avec les rythmes de danses et la musique persane. Pour cet opus, elle a collaboré clandestinement en ligne avec des compositeurs et musiciens iraniens. Sur Zan, Liraz fait sa révolution privée, apporte des chansons avec un vrai message et délivre une musique pour sourire, danser et faire réfléchir. Les chansons de Zan sont l’accomplissement d’un rêve, elles plongent dans l’âme du pays de son cœur et les histoires que ses parents lui racontaient lorsqu’elle était enfant, mais qu’elle n’a jamais vécues. L’album est à la fois écrit en hommage aux femmes de sa famille qui se sont battues pour leur liberté mais aussi pour se connecter avec sa propre histoire. La famille de Liraz, des juifs iraniens, a déménagé à Tel Aviv dans les années 1970. Bien que la chanteuse ait grandi en Israël, elle a toujours pensé que sa culture était iranienne. Elle subit un choc lorsqu’elle déménage aux États-Unis pour trois ans, pour y travailler comme actrice à Los Angeles. Elle joue dans plusieurs films dont A Late Quatert (Le Quatuor) et Fair Game, et découvre une énorme communauté iranienne. Elle passe à la chanson avec son premier album, Naz, en 2018, un album où elle chante en farsi, explorant les sons de la musique pop iranienne d’avant la révolution. Une fois l’album fini, Liraz a tout de suite sentie qu’elle devait aller encore plus loin la prochaine fois, en jouant avec des musiciens iraniens. Une des joueuses anonymes, une percussionniste basée à Téhéran, apparaît sur le morceau d’ouverture "Zan Bezan" aux côtés du groupe israélien de Liraz. Un morceau electro-pop accrocheur avec des clins d’œil aux pop stars iraniennes des années 70, comme Googoosh. Un autre collaborateur iranien a travaillé sur "Joon Joon" où le beat dansant semble sortir tout droit d’une discothèque de Téhéran des 70s. Zan contient aussi des morceaux calmes comme la ballade "Shab Gerye" ou la berceuse "Lalai" transmise de mère en fille. Zan est un disque de pop politique, de musique underground dans le meilleur sens du terme. Des collaborations clandestines qui ont débuté dans l’ombre jaillissent des enceintes, avec un mélange d’instruments persans traditionnels, de beat de clubs et d’appel à un changement. La version vinyle de l'album Zan a la particularité de contenir des collaborations clandestine avec des musiciens et compositeurs basés en Iran.
Du même label: