Marina Herlop est souvent décrite comme une pianiste, vestige de sa formation classique. Mais ce qui frappe l’auditeur sur « miu », son titre phare, c’est la subtilité de sa voix, qui trace des clusters rythmiques autour des lits musicaux les plus subtils, selon une technique inspirée de la musique carnatique du sud de l’Inde. “Miu”, tiré de Pripyat, le nouvel album studio de Marina Herlop, fait partie des premières chansons que la jeune artiste catalane a composées sur ordinateur, après deux albums – Nanook en 2016 et Babasha en 2018 – qui ont apporté une élégance spectrale au son du piano / voix. Cet esprit d’aventure se poursuit dans Pripyat, le premier album de Marina Herlop produit sur ordinateur, et son œuvre la plus intensément émotionnelle à ce jour. À l’écoute de Pripyat, on peut ressentir le labeur émotionnel et l’effort créatif qui ont présidé à la réalisation de cet album. Les fans de Nanook et Babasha reconnaîtront la combinaison de piano mélancolique et de lignes vocales élégantes que l’on retrouve sur des morceaux de Pripyat comme “abans abans”. Mais Pripyat a un son beaucoup plus ample, presque chaotique, comparé aux travaux précédents de Marina, avec l’ajout de batteries électroniques, de lignes de basse électriques et d’une multitude d’effets de production sublimes. À cette expertise en matière de production s’ajoutent des chansons d’une grâce et d’un équilibre incroyables. Pripyat est la combinaison parfaite de la production informatique et d’une libération émotionnelle intime.

  1. abans abans
  2. shaolin mantis
  3. lyssof
  4. Miu
  5. Ubuntu
  6. Kaddisch
  7. miu (Choir Version)
Poids 0,46 kg
Format