Water Is Wet

FormatPrixQté
Released on janvier 24, 2020
Romancier, acteur, producteur, réalisateur, homme de théâtre, journaliste, poète, globe-trotteur... c’est peu dire que les personnalités sont nombreuses à cohabiter dans l’énigmatique et diaphane silhouette de Theo Hakola. Parmi toutes celles-ci, c’est certainement l’homme de musique qui a la part du lion. Et la plus grande reconnaissance d’un public qui le suit depuis les années 80 et les débuts tonitruants de Passion Fodder et Orchestre Rouge. Aujourd’hui, Water is Wet, huitième album solo, se pose comme une évidence à l’instar de la douce ironie de son titre. Une évidence au charme subtilement anachronique où le parti pris artistique est celui de ballades rock organiques matinées d’americana, construites autour d’une guitare électrique omniprésente et du chant lancinant de son auteur, improbable crooner entre Tom Verlaine et Chris Isaac. Déclarations d’amour à l’arrogance assumée, chansons de rupture emblématiques, charges politiques frontales, pieds de nez à la bienséance, clins d’oeil et références multiples parsèment l’album, qui coule en une longue rivière sauvage avec ce phrasé flegmatique caractéristique d’un dandy du siècle. Toujours servies par le sens de la formule fatale et le sarcasme railleur d’un homme qui a traversé de nombreuses vies, les paroles, souvent truculentes, sont évidemment au rendez-vous de ce nouveau disque, qui est aussi celui d’un grand écrivain s’interrogeant sur son époque – et notamment la situation politique de son pays de naissance, les USA. Si l’eau mouille indéniablement, elle n’a pas éteint la flamme de Theo Hakola.
Du même label: