Watarase

FormatPrixQté
08803198762191 LP35,40
Paru le 14 décembre 2018
RÉÉDITION DE L’ALBUM CULTE DE 82 DE L’INCROYABLE PIANISTE JAPONAIS. S'agit-il du meilleur disque de jazz du Japon, comme l'a supposé un jour le disc-jockey, propriétaire d'un label et collectionneur de musique Gilles Peterson ? Ou peut-être est-ce le meilleur disque de jazz de tous les disques de jazz ? Pour en décider, on se doit d’écouter Watarase, le deuxième album solo du pianiste de jazz japonais Fumio Itabashi, sorti en 1982. Le label Mule Musiq basé à Tokyo l’a déterré, a remasterisé les enregistrements originaux et l’a ramené à la vie afin de séduire tous les mélomanes qui aiment la musique qui vient directement du cœur et de l'âme. En se plongeant dans les sept compositions de Watarase, tout auditeur avisé découvre que les parties instrumentales de piano sont intimement liées à ce que joue Keith Jarrett sur son légendaire album live The Köln Concert, sorti chez le label munichois ECM. Comme Jarrett, Itabashi ne joue pas ses notes académiquement. Il les laisse voler, leur donne vie, frappe les touches du piano avec une profonde émotion et offre à ses compositions et interprétations une sorte d'âme humaine nerveuse. En termes de style, certains considèrent Watarase comme du post-bop, d'autres comme du jazz contemporain, toutefois, aucune de ces définitions ne correspond vraiment. Trois des morceaux, l’épique "Someday My Prince Will Come", ainsi que "Msunduza" et "I Can’t Get Started", sont des interprétations de compositions du pionnier américain des musiques de film Frank Churchill, du pianiste sud-africain Dollar Brand et du compositeur américano-russe Vernon Duke. Les quatre autres titres ont été composés et enregistrées par Itabashi, né en 1949, qui a commencé à jouer du piano à l'âge de huit ans. Pendant ses études à l’Université de Musique de Kunitachi, à Tokyo, il est tombé amoureux du jazz. Son amour était si profond qu’il commença à travailler dans les années 1970 avec des légendes du jazz japonais comme le trompettiste Terumasa Hino, le batteur Takeo Moriyama et le saxophoniste Sadao Watanabe. À ce jour, Fumio Itabashi est un élément essentiel de la culture du jazz japonais en tant qu’interprète et en tant que compositeur de musique de film. Ceux qui veulent voir comment il fait l'amour avec son piano devraient regarder le documentaire web français Jazzed Out, qui décrit dans un épisode sa manière unique de jouer. Mais comme la musique est d'abord faite pour les oreilles, nous vous recommandons surtout d’écouter très fort ces joyaux enregistrés au 1er studio de Nippon Columbia à Tokyo les 12 et 13 octobre 1981. Ils vont vous hanter et vous obliger à devenir ami avec le bouton "repeat" !
  1. Someday My Prince Will Come
  2. Msunduza
  3. I Can’t Get Started
  4. Tone
  5. Watarase 
  6. Miss Can
  7. Good Bye