Tout a commencé à Bogota, qui est, pourrait-on dire, la scène tropicanibale par excellence, un lieu qui a donné vie à des groupes comme Frente Cumbiero, Los Meridian Brothers, Romperayo, Chúpame el dedo, Dub de Gaita, Los Pirañas, Onda Trópica et León Pardo, entre autres excentricités qui ont fait le tour du monde. Ces groupes se distinguent non seulement par leur virtuosité mais aussi par le lien qui existe entre la revalorisation du folklore traditionnel et le futurisme hallucinogène qui se répand de manière hypnotique dans le monde entier. De ce foyer musical qui a émergé dans les années 2010, il y a maintenant une nouvelle génération pour continuer la scène tropicanibale, avec des groupes comme La Sonora Mazurén, La Tromba Bacalao, Los Yoryis, El Conjunto Media Luna et, bien sûr, Los Cotopla Boyz, un quintet qui s’est formé à Bogota en 2018 mais qui habite un multivers dystopique post-pandémique où leur mission est de relancer la fête. Sur scène ils ressemblent à des Power Rangers chantant frénétiquement leurs aventures comme s’il s’agissait de chants épiques, sauf qu’au lieu d’exploits héroïques, ils chantent avec humour leur vie quotidienne, comme sur « Me Malviajé con las Ganlletas », qui parle de l’expérience hallucinogène d’ingérer du cannabis et de péter les plombs. Ces expériences mènent également à des chansons comme l’amour perdu de « Dama tu Wasap », le cathartique « Tren de Cotopla » et l’ode à l’excès qu’est « Raspafiestas », ce moment de vie où la nuit semble éternelle et où on n’a qu’une envie : aller d’une fête à l’autre jusqu’à la fin des temps. Ces chansons, ainsi que « Plankton (Abanico Sanyo) » et « El Peruanito » sont sur Mamarron, Vol. 1, une compilation de sept coups de canon millénaires inspirés par Los Mirlos, Los Hechizeros Band, Anan, Wendy Sulca, La Sonora Cordobesa, Bad Bunny, Yandel et Los Corraleros de Majagual. L’album comprend également le titre bonus « El Peruanito » remixé par le producteur colombien Santiago Navas et extrait de Mamarrón, Vol. 2, leur album de remixes par des figures telles que Frente Cumbiero, Cerrero, Prendida, Sonido Confirmación, DJ Rata Piano et Felipe Orjuela, des producteurs et musiciens locaux qui ont une portée et une vision globale qui étendent l’univers raspafiesta aux limites du monde. Los Cotopla Boyz sont une expérience de cumbia schizophrénique et torride qui a vu le jour dans des clubs émergents de Bogota comme Matik-Matik, Boogaloop, El Chamán, Tejo Turmequé, Videoclub et le festival Hermoso Ruido. Ils proposent des nuits d’abandon sauvage au rythme d’un son de cumbia outrageusement grandiose, un rituel de libération offrant une catharsis maximale qui n’a pas d’égal, pas même dans les mouvements les plus énergiques d’un métalleux secouant sa puissante crinière. Los Cotopla font transpirer les murs, enflamment le dancefloor et font danser leurs fans jusqu’au bout de ces nuits exquises.

  1. Plankton (Abanico Sanyo)
  2. El Peruanito
  3. Dame tu Wasap
  4. N’sync
  5. Tren de Cotopla
  6. Me Malviaje con Ganlletas
  7. Raspafiestas
  8. El Peruanito (Santiago Navas Remix)
Poids 0.4 kg
Format