En 2017, sur son album Anthropocene paru chez Western Vinyl, Peter Oren, songwriter de Columbus dans l’Indiana, s’interrogeait sur le chemin à prendre pour éviter le pire. Son nouvel album, The Greener Pasture apporte une réponse plutôt défaitiste. Peter cherche, difficilement, son rôle dans une économie de marché qui pourrait lui permettre de contribuer aux changements nécessaires dans le système mais même les individus qui sont réticents comme lui à se plier aux exigences du marché du travail sont aujourd’hui rentables grâce à leurs données. En essayant de faire de la musique son métier, Peter Oren s’est enfoncé dans la douleur de l’isolement et a sombré dans des pratiques hermétiques en s’appuyant sur les réseaux sociaux. Pour ce deuxième album, c’est l’analyse de l’utilisation du téléphone qui est devenu le thème central. Peter a investi dans du matériel pour s’enregistrer au lieu de passer du temps en studio. Pour ce faire,  il s’est enfoncé encore plus dans l’isolement et dans son téléphone, au fond d’une cabane dans les bois. Une étape avant de se réinsérer dans le train organique de l’existence. Aujourd’hui Peter construit des supports en bois pour téléphones avec des illustrations pour encourager les utilisateurs à laisser leur téléphone à un endroit précis chez eux – et non dans la poche – de manière à freiner son utilisation excessive.

  1. In Line to Die
  2. Stud Song
  3. Free
  4. The Greener Pasture
  5. Whole World
  6. Fun Yet
  7. John Wayne
  8. Gnawed to the Bone (Come By)
  9. Ones and Ohs
  10. Don’t Eat Their Feed
  11. Fences, Ranchers, and Cattle Prods
  12. Loading Page
Poids 0,46 kg
Format