Au cours des sept dernières années, l’utilisation distinctive par Public Memory de synthétiseurs analogiques, de rythmes électroniques mélangés à des percussions organiques, de sound design lo-fi et d’ambiances grinçantes a créé un monde singulièrement sinistre et ombrageux. Les premières secondes d’Elegiac Beat, le nouvel album du projet solo synth-wave du new-yorkais Robert Toher (ERAAS), nous plongent immédiatement dans ce monde. L’album commence sans préambule, l’auditeur étant ‘in media res’ dès le début. Un peu de lumière par ci, quelques ombres repoussées par là, un peu de jazz et de funk parmi le dub et le krautrock. C’est une ambiance inconnue, ambiguë, qui pousse Public Memory vers de nouveaux horizons. Elegiac Beat se situe entre deux endroits, et comme il chevauche la ligne entre les deux, nous ne savons pas si la lumière qu’il apporte brille directement du soleil, ou si elle est faiblement reflétée à travers ce monde majestueux. Pour les fans de Boy Harsher, Portishead, Thom Yorke, Radiohead, Beak>, ERAAS, SUUNS.

  1. Clocktower Époque
  2. Savage Grin
  3. Afterimage
  4. Cruel
  5. 7 Floor
  6. The Spider Starves
  7. No Shadow
  8. Far End of The Courtyard
  9. Tall In My Room
  10. CPL 593H
Poids 0,4 kg
Format