Jusqu’à récemment, on pensait avoir entendu tout ce qu’il y avait à entendre de Saâda Bonaire. Les enregistrements des années 1980 du groupe allemand avaient été compilés sur le désormais culte double album Saâda Bonaire, publié par Captured Tracks en 2013. Bien que le groupe ait continué à travailler jusqu’en 1994, le fondateur Ralph « von » Richthoven avait fermement déclaré que tout leur travail post-1986 était perdu. Sortant maintenant pour la toute première fois, 1992 compile leurs travaux du début des années 90 perdus depuis longtemps. Produites entre Brême et New York, les 12 chansons présentées ici illustrent les tentatives du groupe d’orienter leur son de fusion caractéristique – reggae, afro-funk, musique orientale et voix féminines allemandes sulfureuses – vers des territoires inexplorés de nu jazz, trip-hop et house. Il n’est pas surprenant, étant donné le laps de temps et la nature fluide du projet, que ces enregistrements diffèrent, sur le plan sonore, du contenu des années 1980. Sur 1992, Saâda Bonaire intègre de nouvelles influences de l’époque (house, hip-hop, rap) dans son univers sonore éclectique. La voix mélancolique d’Andrea Ebert, le produit de sa formation de choriste à l’église et d’un amour précoce pour la musique soul et le jazz américain, compense la voix décontractée et plus allemande de Stephanie Lange. Cette interaction unique a renforcé la nouvelle orientation du groupe, comme en témoignent les reprises inspirées de « Woman » de James Brown et de « To Know You Is To Love You » de Syreeta Wright et Stevie Wonder. L’influence américaine s’est également concrétisée par les contributions du célèbre DJ Matthias Heillbronn et du rappeur Jimmy Lee Patterson, qui ont tous deux donné de l’éclat aux morceaux enregistrés aux Axis Studios de François Kevorkian à New York. Malheureusement, les enregistrements de la démo ont été jugés trop bizarres pour les normes des maisons de disques des années 1990 et, par conséquent, n’ont jamais été publiés. Comme pour tout ce qui concerne Saâda Bonaire, la découverte de ces enregistrements abandonnés ressemble à une sorte de miracle impossible. Près de dix ans se sont écoulés depuis la sortie de la dernière compilation, et trente ans depuis l’enregistrement des disques. Le fait qu’ils sonnent encore frais et avant-gardistes témoigne de la capacité de Saâda Bonaire à créer une musique pop pour les outsiders passés, présents et futurs.

  1. Woman
  2. To Know You Is To Love You
  3. Extremes
  4. So Many Dreams
  5. Running
  6. Okay It’s Over
  7. That’s Right
  8. Lovelife
  9. Your Prince
  10. 7th House
  11. Move From The Heart
  12. Follow Your Mind
  13. So Many Dreams (NYC Classic Edit) *
  14. So Many Dreams (1992 Demo Mix) *
  15. So Many Dreams (Amek Live Dub)*

* CD uniquement

Format

,