Difficile de dire qu’un disque de Jesus Lizard est meilleur que les autres mais disons que Liar, troisième album studio du quatuor de Chicago, sorti en 1992 est sans doute celui qui les représente le mieux et synthétise les intentions précédentes: un son bien lourd (qui pouvait faire défaut à leurs débuts sur Pure et Head), du rock qui déborde de tous les côtés (« Boilermaker », « Rope »), des complaintes sanglantes (« Slave Ship », « Zachariah ») et l’incontournable mid-tempo assassin char au duo rythmique McNeilly (batterie) / Sims (basse) (« Gladiator », « Whirl »). Rien de plus. Mais que demander d’autres ? On ne peut que s’incliner une nouvelle fois devant ce disque puissant, d’une richesse incontestable, scellant définitivement le sort de The Jesus Lizard : un groupe de légende, sans aucun doute !

Format

,